Ecoconseil

A destination des propriétaires de villas de moins de 5 appartements, il s’agit d’une première analyse des données énergétiques du bâtiment, accompagné d’une visite d’1h30 sur place pour faire un premier diagnostic de la situation du bâtiment. L’analyse technique et énergétique est mise en regard avec la situation et les souhaits de propriétaires, afin de prodiguer un premier conseil utile pour y voir plus clair sur sa consommation d’énergie et de la qualité de son bien immobilier. Le calcul de l’Indice de dépense de Chaleur (IDC) et de la Surface de Référence Énergétique (SRE) du bâtiment, permettant de situer sa consommation propre avec les moyennes genevoises, est inclus dans l’Ecoconseil. D’un montant de 500.- TTC, dont 250.- est remboursé par l’Etat de Genève dans le cadre de son programme d’encouragement aux économies d’énergie, l’Ecoconseil est idéal pour obtenir à bas coût un aperçu objectif de la situation de son bâtiment.

Certificat énergétique cantonal des bâtiments (CECB)

A destination de tous les bâtiments d’habitation, administratifs ou d’écoles, il s’agit de la réalisation d’un bilan thermique complet d’un bâtiment dans des conditions standard d’utilisation, aboutissant à l’édition du certificat composé de la fameuse « étiquette énergétique ». Ce diagnostic, plus poussé que l’Ecoconseil, a l’avantage de caractériser intrinsèquement les caractéristiques du bâtiment en les séparant de l’influence du comportement des habitants, de manière à permettre une comparaison objective entre différents objets. Ce diagnostic est la base nécessaire à un audit énergétique CECBPlus. Dans différents Cantons, il est obligatoire dans certains cas, comme lors de ventes dans le Canton de Vaud, ou pour tous les bâtiments de plus de 1’500 m2 de SRE dans le Canton de Neuchâtel.

Rapport de conseil CECBPlus

Le CECBPlus est une démarche d’étude de variantes de rénovations possibles d’un bâtiment. Sur la base du certificat CECB, jusqu’à 3 variantes d’interventions sont simulées, et chiffrées en termes d’investissement, économies d’énergies, charges d’entretien et subventions atteignables. Les obligations légales encadrant les différentes variantes d’intervention sont identifiées. Cette étude permet aux propriétaires de disposer d’un outil d’aide à la décision performant dans le but de prendre une décision sur la réalisation d’un projet, le maintien du statu quo ou des démarches d’optimisation énergétique sans investissement. Le rapport de conseil CECBPlus est obligatoire pour toute demande de subvention d’un montant supérieur à 10’000.-. Pour les villas, Il est subventionné à hauteur de 750.-, et jusqu’à 1’500.- en cas de réalisation effective de travaux à la suite du rapport. Pour les bâtiments de logement collectif et d’autres affectations, ces montants sont doublés.

Indice de dépense de chaleur IDC

L’IDC est un calcul simple mais très instructif pour situer sa consommation énergétique par rapport aux moyennes. En effet, sur le parc de bâtiments genevois, l’IDC moyen des bâtiments est en 2017 de 575 MJ/m2/an. Le calcul de l’IDC consiste à rapporter la consommation d’énergie annuelle d’un bâtiment à sa surface chauffée, appelée Surface de Référence Energétique (SRE). Une correction climatique annuelle est appliquée pour prendre en compte la variation annuelle des températures moyennes. Le calcul de cet indice est donc une base importante du diagnostic énergétique. Sur le canton de Genève, il est obligatoire annuellement pour les bâtiments de plus de 5 preneurs de chaleur. Il est prévu de le rendre obligatoire également pour les bâtiments de moins de 5 preneurs d’ici quelques années.

Concept énergétique de bâtiment

Projet de construction de logements, 89architectes.ch

Le concept énergétique de bâtiment est une étude visant à définir un concept pour l’enveloppe thermique, le chauffage, la ventilation et éventuellement le la production de froid d’un bâtiment. Ces études se font tant les nouveaux projets de construction que dans les projets de rénovation. Suite à l’analyse des motivations et souhaits du propriétaire, du contexte local du projet, ainsi que des obligations légales s’appliquant aux différents cas, une ou plusieurs variantes sont proposées et analysées des points de vue énergétique, économique et environnemental, ainsi que des procédures nécessaires pour mettre en œuvre chaque variante. Les conclusions et recommandations d’un concept énergétique de bâtiment permettent ainsi à un Maître d’Ouvrage de disposer de toutes les informations nécessaires pour prendre des décisions sur les suites à donner à son projet pour ce qui concerne l’énergie. A Genève, ces concepts énergétiques de bâtiments sont obligatoires en cas de construction ou rénovation de bâtiment d’importance, c’est-à-dire de plus de 3’000 m2 de SRE pour du logement et 2’000 m2 pour des bâtiments d’affectation mixte.

Etudes de remplacement de production de chaleur

Ces études sont réalisées lorsqu’un propriétaire a le souhait ou l’obligation de changer sa production de chaleur, sans forcément vouloir ou pouvoir intégrer cela dans un projet plus global de rénovation de l’enveloppe thermique. Dans ce second cas, un concept énergétique de bâtiment est en effet plus adapté. L’étude de remplacement de production de chaleur permet d’identifier les différentes possibilités de chauffer le bâtiment en fonction des caractéristiques du site et bâtiment. La situation locale, notamment au niveau de l’ensoleillement, la disponibilité d’un réseau de chaleur à distance ou de gaz, ou encore les degrés de sensibilité au bruit de la zone du projet, est analysée afin de déterminer les variantes de production de chaleur les plus adaptées au contexte. Sur cette base, les variantes retenues sont analysées des points de vue environnemental et technico-économique afin de fournir la base décisionnelle nécessaire pour choisir la nouvelle production de chaleur.

Dossiers d’autorisation de construire

Lors de projets de nouvelles constructions, ou lorsque suite à des études préliminaires des travaux de rénovation sont effectivement planifiés à court terme, ils nécessitent dans la plupart des cas une autorisation de construire. En fonction du type et de l’ampleur des projets, différentes procédures s’appliquent, définissant les justificatifs énergétiques nécessaires. Ceux-ci sont composés de plans, calculs thermiques voire électriques, et formulaires. Le sérieux dans la préparation du dossier est essentiel pour atteindre le but visé, à savoir obtenir dans le délai le plus rapide l’autorisation de construire. Des dossiers mal ficelés peuvent en en effet conduire à des demandes de compléments de la part de l’autorité impliquant un rallongement non-souhaité des délais. En fonction de la complexité des projets, une collaboration avec un architecte est souvent nécessaire, ainsi qu’avec d’autres spécialistes (ingénieurs civils, ingénieurs sécurité, spécialiste amiante,…).

Certifications Minergie

Minergie est un label de qualité conçu par l’association du même nom, soutenu par les Cantons. Il peut parfois faire office d’équivalent à un dossier énergétique d’autorisation de construire dans certains règlements d’application de lois sur l’énergie. Ce label, existant depuis 1994, a largement contribué à améliorer la qualité des constructions et rénovations et la prise en compte des enjeux énergétiques. Il se décline de plusieurs manière, Minergie, Minergie-P (plus performant thermiquement), Minergie-A (autonome énergétiquement), et Minergie-ECO (construction avec des matériaux sains et écologiques). Il met un soin particulier au bon contrôle des débits de ventilation dans les bâtiments et la récupération de leur chaleur. En effet, dans les maisons bien isolées, les pertes thermiques liées au renouvellement d’air deviennent aussi importantes que celles par transmission au travers de l’enveloppe thermique, justifiant d’y apporter une attention équivalente à celle portée à l’enveloppe thermique.

Dossiers de demandes de subventions

Les politiques fédérales et cantonales ayant récemment décidé d’accroître les moyens d’incitation aux économies d’énergie, les niveaux de subventions actuels sont élevés et peuvent donc constituer des aides non-négligeables dans les plans financiers des projets. Pour les obtenir, un dossier doit formellement être déposé auprès du Programme Bâtiment, sur la plateforme en ligne ainsi que par courrier postal. Ce dossier doit comprendre les éléments justificatifs prouvant la planification des travaux éligibles à subvention. La majeure partie de ces justificatifs devant être édités dans le cadre d’une demande d’autorisation de construire ou d’un rapport de conseil CECBPlus, ces prestations sont usuellement combinées de manière à profiter des synergies entre les dossiers.

Planification énergétique territoriale

La planification énergétique territoriale consiste à analyser, au stade de la planification urbaine (Plans directeurs de communaux, Plans directeurs de quartier, Plans localisés de quartier,…), l’impact du projet d’urbanisation sur l’approvisionnement futur en énergie du périmètre. A ce niveau de planification, des vérifications quant aux besoins énergétiques futurs et les possibilités d’approvisionnement des différents vecteurs énergétiques sont faites afin de déterminer le cadre global des futures autorisations de construire au niveau des bâtiments. Notamment, d’éventuelles mesures techniques ou organisationnelles sont proposées pour mettre ne place les conditions-cadres favorables à l’implantation d’infrastructures à forte efficience énergétique, comme les réseaux de chaleur à distance. Ces projets mettent en œuvre des compétences d’analyse spatiale et représentations cartographiques nécessaire à l’analyse de données complexes sur un territoire étendu.

Schémas directeurs de gestion et d’évacuation des eaux

A l’instar de la question énergétique, celle de la planification de l’eau dans les futurs quartiers est une problématique qui nécessite une vision globale le plus en amont possible. Pour ce faire, des Schémas directeurs de gestion et évacuation des eaux sont conçus au stade de la planification territoriale. Sont notamment évalués l’impact des projets sur l’imperméabilisation des sols, le calcul des débits d’eaux pluviales et usées générés, les modes d’évacuation possibles pour les eaux pluviales (infiltration, fossés à ciel ouvert, canalisation). D’éventuels besoins en termes de volumes de rétention des eaux pluviales sont déterminés en fonction de la sensibilité du milieu récepteur et l’état de saturation du réseau d’évacuation en aval. Outre les aspects purement hydrauliques, la thématique de la nature est traitée quant aux modes d’évacuation des eaux, de façon à favoriser les solutions permettant de maintenir voire améliorer l’état biologique des milieux impactés.

Politique énergétique

Toujours plus en amont des aspects techniques, la question énergétique tire ses bases dans des principes politiques, que cela soit à l’échelle fédérale, cantonale, communale ou locale. Souvent déclinés en plans directeurs et listes de mesures, ces politiques énergétiques doivent être établies et faire l’objet de processus de suivi et d’actualisation. La définition d’objectifs, de critères quantitatifs et qualitatifs, ainsi que la collecte, représentation et communication de données font partie des moyens qu’une collectivité publique peut mettre en œuvre au regard de ses choix politiques. 3E aide les collectivités à publiques à définir et suivre leur politique énergétique, plans d’action et processus de contrôle et suivi.

Projets de réseaux et canalisations

3E réalise de la planification de réseaux et canalisations ainsi que de la direction de ces travaux. Les prestations établies dans le cadre de ces projets comportent le dimensionnement des réseaux, réalisation de plans, choix des matériaux, techniques de mise en œuvre, estimation des coûts, mise en soumission, coordination services industriels et circulation, suivi d’exécution, mise en service et achèvement.

Assistance à maîtrise d’ouvrage

Planning de projet

3E assiste les Maîtres d’Ouvrages publics et privés dans l’accompagnement de leurs processus de projet. L’accompagnement se base sur une connaissance approfondie des normes SIA régissants les rapports entre Maitres d’Ouvrages et mandataires (SIA 102, 103, 105, 108) ainsi que des procédures et acteurs de la construction et l’aménagement du territoire. 3E assure ainsi les Maîtres d’Ouvrage de la conformité du projet aux objectifs fixés en termes de qualité, budget et de planning. 3E est notamment agréé AMOEnergie par les Services Industriels Genevois, pour ce qui concerne les projets de rénovation énergétique des bâtiments.